MetalManiaX

Bière, Gags et Gros Son.

09 juin 2015

Projection du film wacken 3D

Vendredi 5 juin,
j'ai assisté à la projection du film wacken 3D, gros reportage sur l’édition 2013

 

Le film était projeté dans une vingtaine de ville en même temps. Pour paris, la projection avait lieu à la Géode de la Villette. La combinaison de la 3D et de l’écran très incurvé rendait des plans assez étrange comme pour les manches de guitare en arc en cercle.

 

Le film suit autant des musiciens confirmés que des jeunes groupes du concours "Metal Battle" venus de Chine, Roumanie, Uruguay, ... ainsi que des festivaliers. Ils donnent tous leur impressions, comment ils vivent et ce qu'ils pensent du festival. Le tout entrecoupés des morceaux live et de passages sur le comportement de 80 000 metalleux.

18 cameras 3D stéréoscopiques ont été mises à contribution. Elles permettent des plans intéressants ou étonnants. On se retrouve au milieu de l'action que ce soit sur scène, au milieu de la foule ou des travellings verticaux partant du sol et qui s’élèvent au-dessus des tentes.

 

J'ai déjà fait quatre wacken, et cela retranscrit pas mal ce que je pourrais en raconter comme l'effet de la foule, les syndromes de post combattant confronté à la boue du wetnam, … Bien évidement, il manque encore pas mal de chose, comme les animations de nuit, le "village" médiéval, ou d'autres interviews comme les bénévoles, les organisateurs, les locaux qu'on ne voit pas énormément. Mais il faudrait faire un reportage de 3 ou 4 heures dans ce cas.

Tout le monde trouvera un intérêt à la vision de ce film/reportage. Que l'on cherche des interviews de monstres sacrés, des morceaux live ou reportages sur les metalleux en festival. On y retrouve l'ambiance vacance et grand n'importe quoi que j'ai vu sur un peu tous les festivals ou j'ai posé ma tente.

Ça me donne même une furieuse envie de repartir en fest !!

Posté par fef_r à 16:36 - Chroniques CD, Film, DVD, Concert - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 septembre 2013

Metallica 3D

J'ai eu l’opportunité de voir Metallica Through the Never qui sort le 9 octobre en projection presse.

 

La partie concert est énorme ! Que des gros hit qui couvrent toute la carrière du groupe. De Hit the Light à Cyanide en passant bien évidement par Creeping Death, Master of Puppet, One, Enter Sandman, Memory Remain, sans oublier d'autres classiques de concert comme Fuel, Battery, And Justice for All, Wherever I May Roam, Nothing Else Matters, …

La scène qu'ils ont pour le concert est énorme et les mouvements de caméra permettent de bien en profiter. Ils ont utilisés de nombreux éléments de décors pour accompagner les chansons ! Une énorme chaise électrique frappée par des éclairs sur Ride the Lightning, des tombes qui sortent du sol sur Master, … La grande question est "es-ce des effets spéciaux ou des éléments réels ?" et pas mal de déco utilisées dans leurs anciennes tournées, la statue de la justice de la tournée And Justice, les cercueils de Death Magnetic, l'incident avec le technicien qui prend feu et qui détruit la scène avant qu'ils reviennent avec du matos de rechange, …

Photograph by Ross Halfin © Metallica Through the Never
Courtesy of Picturehouse

Comme sur les DVD, on voit surtout Hetfield, bon, ça c'est normal, c'est le frontman ! Ensuite il y a de nombreux plan de côté, de face, de dessus, à droite, à gauche, autours, et pas mal d'autres … de Lars Ulrich. Ce qui, malheureusement, donne des apparitions nettement plus réduite de Kirk Hammet. Trujillo en est réduit pratiquement à un rôle de figurant. Mais on ne voit pas que Metallica, on voit aussi la multitude de personnes qui bossent dans l'ombre pendant le concert comme lors des changements de guitare, ceux qui montent la statue de la justice, lors d'un changement d'un micro défectueux, la sécu aux barrières, …

La partie film est très spéciale. On suit Trip, un jeune roadie du groupe qui doit emmener un bidon d'essence à un camion de la tournée qui est en panne. Juste avant de partir, il prend un cachet chelou et son voyage va partir en live. La première pensée que j'ai eu à la fin de film, c'est "la drogue c'est mal !" et que le héros porte vraiment bien son nom, Trip, car il fait vraiment un énorme bad trip ... (hum désolé).

Photograph by Ross Halfin © Metallica Through the Never
Courtesy of Picturehouse

Bon, il y a quand même une raison et un concept derrière tout ça ! Ses visions sont liées avec le morceau que joue Metallica à ce moment là et qui sert de fond sonore. Comme les textes des chansons parlent rarement de la joie de vivre, de papillons et de petits oiseaux, cela reste quand même bien barré et très musclé ! A la fin du film, il reste quand même quelques questions sans réponses dont la principale est "mais il y a quoi dans ce putain de sac ?" Cela donne un résultat étonnant, on sent un peu une tentative de faire une sorte de The Wall.

C'est du grand spectacle, bien mis en image autant la partie concert que film. En tant normal, je suis pas trop fan de la 3D qui assombrit l'image. Là, ça ne pose pas de problème, vu que cela se passe dans une salle de concert, et les parties films se passent de nuit. En fonction de la position de la caméra, cela donne vraiment l'impression d’être sur scène, à coté du membre du groupe en train de jouer, encore plus prêt que si on se trouvait au premier rang du snake pit ! Il va sans dire que la sonorisation de la salle de cinéma permet un son énorme pour les morceaux. Et je vous conseille de rester jusqu'au bout, pendant le générique de fin car le groupe y joue du dernier morceau !


Photograph by Ross Halfin © Metallica Through the Never
Courtesy of Picturehouse

Ceux qui aime Metallica, comme moi, vont kiffer la partie concert, la partie film est très surprenante car je ne m'attendais pas a quelque chose comme ça ! Mais elle permet d'avoir de grandes discutions post film entre potes car chacun pourra y voir ou comprendre des tas de choses différentes.

On en reparle devant une bière une fois que le film sera sorti !

Posté par fef_r à 15:52 - Chroniques CD, Film, DVD, Concert - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

27 mars 2012

rock forever ? mouais ... faut voir

Hollywood recycle vraiment tout ce qu'il peut !!
En arriver à faire un film tiré d'une comédie musicale sur les années glam

Comment dire ...
certains sont pas prêt

Posté par fef_r à 18:58 - Strip - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 octobre 2010

SUCK

C'est par une pub télé que j'ai entendu parler de ce film. Je dois reconnaître que ce qui m'a plus intrigué c'est de savoir qu'il y avait un des tas de musiciens comme Iggy Pop, Moby, Henry Rollins et surtout Alice Cooper plutôt que l'histoire de vampire musicien de rock.

Le vampire est à la mode au cinéma ces dernières années, faut dire c'est trop daaAAaark un vampire !
Il est mis un peu à toutes les sauces entre les twilight (vampire romantique), underworld (vampire de films ressemblant vachement à ceux d'un jeu de rôle), 30 jours de nuit (vampire tirée d'une bande dessinée), lesbian vampire killers (vampire bombasse), les dents de la nuits (vampire à la française) et encore de bien d'autres façon.

L'histoire :

les winners est un groupe rock qui galère jusqu'au jour ou la bassiste devient vampire. Le succès commence à arriver à partir de là. Le problème c'est qu'elle a une alimentation alternative (mais non pas végétarienne !) et qu'elle rend jaloux les autres membres du groupe jusqu'à ce qu'ils deviennent vampires à leur tour. Et que comme tout vampire qui se respecte, ils sont poursuivi par un chasseur nommé ici Eddie Van Helsig (joué par Malcom Mcdowell).

Ça aurait pu être traité comme un film d'horreur bien gore, mais Rob Stefaniuk, (le scénariste, réalisateur et acteur principal) a préféré en faire une comédie potache plutôt réussie. Ça vire très vite au n'importe quoi avec des tas de répliques débiles très drôles. Entendre Alice Cooper dire au héros qu'il est bienvenu dans son cauchemar ou qu'il est plutôt un mec old school à tendance à me faire ricaner. Le film est bourré de plein de références, gags visuels et d'autres petits trucs très sympa.

Le seul truc qui m'emmerde un peu (car je m'attendais à mieux vu les personnes dans le film) c'est que la bande son est plus pop, rock que metal. Pourtant il y avait moyen de faire quelque chose de plus musclé et sympa.

Dans le générique de fin, on voit que michel 'away' langevin (Voivod) joue sur plusieurs morceaux qu'interprète le groupe dans le film. En musique additionnelle, on retrouve du alice cooper (i am the spider), du bowie (here comes the night), velvet underground (oh! Sweet nuthin'), iggy pop (success, tv eye), rolling stone (sympathy for the devil), robert johnson (crossroad), burning brides (flesh and bone, goes further, ) dont dimitri coats le chanteur joue aussi dans le film. Ça reste rock, ça va bien avec le film mais ca a un goût d'un peu trop mou à mon goût.

Ne pas oublier le making off du film qui dure 45 minutes et qui aborde pas mal de sujet sur la construction du film, les personnages, pourquoi ils ont voulu jouer dans ce film, leur réflexion sur la célébrité, … j'en ai trouvé certains sujets traités intéressants et d'autre plus chiants.

Au final c'est clair que ce n'est pas le film du siècle, mais je me suis bien marré et pas vu passé le temps. C'est le genre de film parfait pour un dimanche quand j'ai pas envie de bouger de mon canapé

Posté par fef_r à 18:20 - Chroniques CD, Film, DVD, Concert - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 juin 2010

Detroit Rock city

metalmaniax_intro

1978, 4 ado rêvent d'aller voir un concert de KISS. Ils ont leur billets sauf que la mère d'un des quatre, catholique très pratiquante, tombe dessus et les brule. Suite à un quiproquo, ils pensent avoir malgré tout des ticket et font la route jusque Détroit. Une fois sur place, apprenant qu'ils n'ont pas leur billet, ils vont essayer par tout les moyen d'en trouver. Et c'est à partir de là que la situation va vraiment partir en couille bien qu'elle était déjà bien entamé!

Bon, il faut le dire tout de suite Detroit rock City n'est pas, et ne sera jamais, le film du siècle. L'histoire est assez basique et sert surtout à aligner des tas de situation à la con. C'est le genre de comédie à regarder entre potes un lendemain de grosse soirée quand le cerveau tourne au ralenti.

Film léger et fun, il remplit bien sa tache. Il regorge de gros gags bien crétin et de situations gentiment transgressives. On a l'impression que le réalisateur et le scénariste règlent leurs comptes de l'époque. Entre la mère de Jam qui est obnubilé par le fait que KISS c'est la musique du diable et que c'est mal d'en écouter (tiens ça me rappelle quelque chose ça !), les curés des institution catholiques ou le prêtre qui fantasme sur les péchés que les gens lui racontent dans le confessionnal en prennent tous dans la tête. Rien de bien méchant, mais pas vraiment politiquement correcte comme l'exige l'époque actuelle.

Les suppléments du DVD sont cette fois dispensable. Le petit plus vient de la bande son énorme !
Avec bien évidement de nombreux morceaux de KISS mais aussi plein d'autres morceaux de l'époque Cat Scratch Fever de Ted Nugent, Iron Man de Black Sabbath, Whole Lotta Rosie d'ac/dcRunning with the Devil de Van Halen, Blitzkreig Pop des Ramones, … bref du bon vieux son bien oldies qui va bien avec le film.

FeF

 

Posté par fef_r à 20:01 - Chroniques CD, Film, DVD, Concert - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

30 mai 2010

This is Spin̈al tap

metalmaniax_intro

Après Wayne's World qui a été la première comédie sur le métal que j'ai vu, il faut que je parle de This is Spinal Tap qui se place à la deuxième place de cette catégorie.

Spinal Tap est soit disant un rockumentaire qui suit le groupe du même nom dans la tournée américaine de son nouveau disque Smell the Glove. On ne peux pas dire que cette tournée se passe bien et que je groupe réagisse au mieux non plus !
A part que tout est faux, ce film est une parodie des reportages télé ou des DVD ou on voit les groupes qui racontent et montrent leur vie en tournée.

 

De ce coté là, c'est vraiment super réussi. On retrouve tout les stéréotypes et les comportements que l'on a pu voir dans ces fameux reportages dans les partie ou le réalisateur s'entretient avec un des membres du groupe. J'adore ce passage avec le guitariste qui tripe sur sa guitare et l'ampli modifié qui va jusqu'à 11 pour jouer plus fort que les autres groupes.

Mais en plus de ces passage un peu plus intimiste, il y a cette fameuse tournée qui se passe mal et qui permet d'enchainer des gags juste énormissime. Le bassiste qui reste coincé dans sa coque, le mini Stone Edge de 40 centimètres de haut car ils se sont trompés dans les dimensions, …

Et comme pour Wayne's World, je vous conseille de mater les suppléments du DVD.

Le reportage de Philippe Manœuvre (du temps ou ils faisaient autre chose que des émissions télé de chanteur de merde) est très intéressant car il remet le film dans son contexte des années 80 et explique comment les groupes de l'époque l'on plus ou moins bien encaissé à sa sortie.
Mon deuxième coup de cœur sur les suppléments, va à la tonne de scènes coupées au montage qui montre qu'ils avaient pensé à des tonnes de trucs qu'il n'ont pas pu exploiter.

Comme pour Wayne's World, Spinal Tap fait parti des incontournable des choses qu'il faut avoir vu !

Fef

Posté par fef_r à 16:27 - Chroniques CD, Film, DVD, Concert - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

23 mai 2010

Dimanche... jour de glandouille

C'est l'occasion de mater des DVD. Et si je vous dis

  • si tu vomis, vomis la dedans
  • chwing chwing
  • un jour, elle sera mienne ! oh oui, un jour, elle sera mienne !
  • On est tout petit, On est pas digne, On mérite pas, ….
  • le sphincter a dis quoi ?
  • voiture, VOITURE  – engagement, ENGAGEMENT

 

Qui est celui au fond qui n'a pas reconnu Wayne's World ?!

Film de 1992 vu à sa sortie (oui je sais !) et revu tellement de fois depuis que je pense le connaître à peu prêt par cœur. Et quand je dis par cœur, c'est que, dès les premières images des différentes scènes, je me rappelle des gags et pratiquement de tout les dialogues. Ce qui me rassure, c'est que c'est à peu prêt pareil pour tout les metalleux que je connais. Et que le premier qui fait une référence directe au film s'expose à dix minutes de souvenir d'ancien combattant.

Pour le voir d'une façon un peu différente, la version DVD propose une version commentée par la réalisatrice où elle explique leur méthode de travail qui avait l'air d'être un beau bordel.
Le moment qui m'a le plus surpris et fait marré, c'est l'explication du gag pour le NO STAIRWAY TO HEAVEN. L'équipe avait prévu un truc autours du morceau de Led Zep mais ils n'ont pas eu les droits d'utilisations de la chanson et ils ont donc trouvés le gag du panneau à ce moment là ! Il y a plein d'autres petites anecdotes dans ce style à découvrir.

Bref, je vous recommande pas de voir ce film, car je pense que c'est forcement déjà fait, mais de jeter un coup d'œil sur les supplément du DVD.

FeF

Petit ajout tardif

Je viens de tomber sur un clip d'une des chansons du film. Ça a du servir de promo pour un truc ou un autre. C'est fait à base d'images du film et de nouvelles conneries de Wayne et Garth : ENJOY !!

Posté par fef_r à 13:09 - Chroniques CD, Film, DVD, Concert - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,