MetalManiaX

Bière, Gags et Gros Son.

22 novembre 2017

Le vilain petit metalleux

Le vilain petit metalleux

Que la campagne était belle ! On était au milieu de l’été, les blés agitaient des épis d’un jaune magnifique, l’avoine était verte, et dans les prairies le foin s’élevait en monceaux odorants. Autour des champs et des prairies s’étendaient de grandes forêts coupées de lacs profonds. (mais pas un seul fest dans le coin !)

Oui vraiment, la campagne était bien belle. Les rayons du soleil éclairaient de tout leur éclat un grand domaine entouré de larges fosséset de grands arbres dans l’immense parc.Il était si grand que les enfants pouvaient se cacher dans de nombreux endroits, et qu’on pouvait y trouver une solitude aussi sauvage qu’au centre de la forêt (je sais c’est un peu long, mais il faut bien poser l’ambiance alors que ça sert à rien en fait).

Dans une de ces propriétés, une mère de famille avait établi son foyer et couvait ses enfants. Il lui tardait bien de voir ses petits grandir. Elle ne recevait guère de visites, car les autres aimaient mieux faire du shopping en ville que de venir jusque sa demeure pour papoter avec elle.

Enfin, les enfants commencèrent à grandir les uns après les autres, on entendait swag, lol, yolo ... C’étaient de jeunes adolescents qui vivaient et tendaient leur cou au-dehors. Rap-rap, dirent-ils ensuite en faisant tout le bruit qu’ils pouvaient. (Là, j’y suis pour rien, c’est la phrase du texte d’origine si, si)

Ils regardaient de tous côtés sur l'internet de leur ordinateur et leur smartphone, et la mère les laissa faire
Que le monde est grand ! dirent les adolescents à l’endroit même où ils se trouvèrent au sortir de leur chambre.
Vous croyez donc que le monde finit là ? dit la mère. Oh non !, il s’étend bien plus loin IRL, des grandes villes jusqu’aux pays étrangers, mais je n’y suis jamais allée.
Êtes-vous tous là ?
continua-t-elle en se levant. Non, un des adolescents n’était pas encore sorti de sa chambre : Dieu ! Que cela dure longtemps ! J’en ai assez. (En fait, elle était en train de penser "j’espère qu’il n’est pas en train de se branler")

Et elle se mit à l’attendre, mais d’un air contrarié.
Eh bien ! Comment cela va-t-il ? dit une voisine qui était venue lui rendre visite.

La mère était un peu désemparée
Il n’y a plus que celui-là que j’ai toutes les peines du monde à faire sortir. Regardez un peu les autres !
Ne trouvez-vous pas que ce sont les plus gentils petits adolescents qu’on ait jamais vus ?
Ils ressemblent tous d’une manière étonnante à leur père, mais ce salaud ne vient pas même me voir.
(sans parler de la pension alimentaire à priori)

Appelez au téléphone cet adolescent qui ne veut pas sortir, dit la vieille, je vais vous dire ce qu’il en est
Après quelques minutes, la voisine expliqua :
C’est un échange à la maternité, vous pouvez me croire !. Moi aussi j’ai été trompée une fois comme vous. J’ai eu toute la peine possible avec le petit, car tous ces enfants permutés ont affreusement peur de tout. Je ne pouvais parvenir à le faire sortir de sa chambre. J’avais beau le pousser à l’extérieur et marcher devant lui, rien n’y faisait (en même temps, quel ado accepterait d’être vu avec ses parents dans la rue ?). C’est bien certainement un enfant échangé. Laissez-le là, et apprenez plutôt aux autres enfants à vivre en société.
- Non, puisqu’il est ici depuis sa naissance, je puis bien rester à le garder jusqu’à sa majorité
, répondit la mère des enfants.
Comme vous voudrez, répliqua la voisine et elle s’en alla.

Enfin, l’ado sorti de sa chambre et dit Beuarggg. Comme il était grand et vilain avec ses cheveux longs, une barbe naissante et habillé tout en noir !

suite

Pour les 3 autres conte
utilisez le tag conte de fée juste en dessous du post
ou le lien juste au dessus
je ne sais pas si je suis clair ....

Posté par fef_r à 11:48 - Divers - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

02 novembre 2016

Banche neige et les 7 metalleux

 

comme tous les ans et après boucle d'or et les 3 petits cochons metalleux
cette année : 

 

Blanche Neige

 

C’était l’hiver. Une miss télé enceinte d’un riche industriel cousait (oui je sais, mais elle aimait ça, elle trouvait ça super vintage). Elle était assise près d’une fenêtre de son super appartement au design ultra moderne ou les cadres de ces fenêtres en aluminium couleur noir intense tranchait avec le reste de la déco, tandis que la neige tombait à gros flocons à l’extérieur. En cousant, la miss se piqua le doigt et quelques gouttes de sang tombèrent sur la neige. Le contraste entre le rouge du sang, la couleur de la fenêtre et la blancheur de la neige était si beau, qu’elle se dit,
Je voudrais avoir une petite fille qui ait la peau blanche comme cette neige, les lèvres rouges comme ce sang, les yeux et les cheveux noirs comme les montants de cette fenêtre. Comme ça, plus tard, elle pourra venir avec moi en soirée goth !

Peu de temps après, elle eut une petite fille à la peau blanche comme la neige, aux lèvres rouges comme le sang, aux yeux et aux cheveux noirs comme l’ébène (Gros coup de bol non ?). Les parents (qui étaient quand même bien barrés) décidèrent de l’appeler Blanche neige (ce qui était pas super évident à porter). Et comme si ça n’était pas suffisant, la mère, la miss télé mourut le jour même, juste après la naissance de Blanche neige.

Un an plus tard, le riche industriel se remaria. Sa femme, une actrice de cinéma cette fois, était très belle et très jalouse. Elle possédait un ordinateur super puissant, couplé à une énorme base de donnée avec plein de Tera d’informations et une connexion internet ultra rapide qui répondait à toutes les questions. Chaque matin, tandis que l’actrice se coiffait, elle lui demandait,
Ordinateur, dis-moi, dis-moi que je suis la plus belle !

Et, invariablement, l’ordinateur répondait,
En comparant avec toutes les nouvelles photos qui sont postée sur le net tous les jours, on ne trouve pas plus belle que toi. Même dans les photo qui sont photoshopées grave.

Cependant, Blanche neige grandissait et devenait de plus en plus gracieuse. Un jour où, comme de coutume, sa belle-mère interrogeait son ordinateur, celui-ci répondit,
Tu étais la plus belle, mais aujourd’hui sur son profil facebook, Blanche neige est une merveille.

À partir de ce moment, la belle-mère se mit à haïr Blanche neige. Enfin, n’y tenant plus, elle fit venir un de ses employés au passé douteux et lui dit,
Emmène cette enfant dans un endroit bien sordide, tue-la, et maquille ça en suicide ou overdose, enfin démerde-toi !

L’employé conduisit Blanche neige dans un coin paumé où un festival metal était organisé. Mais, comme il levait son couteau pour la tuer, il fut si ému par ses larmes et sa beauté qu’il n’acheva pas son geste. En s’éloignant, il pensa qu’elle serait bientôt la victime des festivaliers comme il l’avait vu dans les reportages télé qui parlent du metal.

Texte complet

 

Posté par fef_r à 11:01 - Divers - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

17 décembre 2015

les 3 petits cochons metalleux

vu qu'on se rapproche de Noël et qu'il faut occuper les petits n'enfants
aujourd'hui un conte de fée adapté pour que les parents ne s'emmerdent pas non plus

comme boucle d'or il y a un peu plus de 2 ans

 



Les 3 petits cochons metalleux


Il était une fois, trois cochons metalleux qui voulaient construire leur maison. (Pas des metalleux obsédés sexuels ! De vrais cochons hein ! Tout rose avec la queue en tire-bouchon pour ouvrir les bouteilles, tout ça, tout ça. Si, si, les cochons metalleux, ça existe dans les contes de fées ! )

Le premier rencontra un homme qui vendait une botte de paille, et il lui dit : Ça me donne une idée, s’il vous plaît, vendez-moi cette paille pour me bâtir une maison. Une maison en paille, un truc à l’ancienne, ça fera super pagan !

L’homme lui vendit la paille, et le cochon metalleux se bâtit une maison en auto-construction. Le modèle super écolo-responsable, uniquement en paille et recouverte de terre, le tout fait à la main en se faisant aider des associations de constructions alternatives.

Le deuxième cochon metalleux rencontra un homme qui vendait un stock de bois, et il lui dit : S’il vous plaît, vendez-moi ces bouts de bois pour me bâtir une maison. Une maison en bois, c’est cool ! Faut juste qu’elle ne ressemble pas trop à une église, on sait jamais, des fois qu’un blackeux voudrait y foutre le feu !

L’homme lui vendit les bouts de bois et le cochon metalleux bâtit sa maison en bois. Un mélange entre la maison style moyen-age et les cabanes de trappeur du fin fond des forêts.
C’est trop dark, on dirait une des maisons des films de la Hammer. Manque plus que Dracula ou Frankenstein.

Le troisième cochon metalleux rencontra un homme qui transportait des briques, et il lui dit : S’il vous plaît, vendez-moi ces briques pour me bâtir une maison classique, tout simple, basique. Les délires de mes potes me font un peu peur !

L’homme lui vendit les briques et le dernier cochon metalleux se bâtit une maison solide et pratique mais sans look étonnant. Même que les deux premiers cochons metalleux se foutaient de sa gueule, parce que sa maison ressemblait à rien. Trop pas dark, ton pavillon de banlieue !

Juste après la construction des trois maisons, un loup arriva chez le premier metalleux, et, frappant à la porte, il s’écria : Metalleux, metalleux, laisse-moi entrer pour te proposer des actions, des plans d’épargnes et pleins d’autres choses pour te piquer ton pognon !

Texte complet

Posté par fef_r à 09:18 - Divers - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 octobre 2013

Sam baby-sitter I

Boucle d'or

Il était une fois trois metalleux qui vivaient en colocation dans une jolie maison au fond d’un bois. (ça doit être des blackeux pour vivre si loin de tout). Il y avait un grand metalleux, une metalleuse et un petit metalleux (la colocation ça devait être l’excuse pour ne pas avoir à expliquer leur plan à 3 au fond de la forêt !).

Chacun possédait un bol : un grand bol pour le grand metalleux, un moyen bol pour la metalleuse et un petit bol pour le petit metalleux (limite un mug avec le nom de son groupe préféré comme on peut trouver sur plein de catalogue de VPC !).

Chacun avait une chaise pour s’asseoir : une grande chaise (en metal forgée toute noire avec des crânes sculptés un peu partout) pour le grand metalleux, une chaise moyenne (super confortable avec des coussins en mousse et avec de zoli imprimés avec des pentacles, des croix inversées, et d’autres symboles sataniques sur le tissu) pour la metalleuse et une petite chaise (limite chaise de camping avec l’emplacement pour la canette) pour le petit metalleux.

Dans la chambre il y avait trois lits pour dormir (certainement pour donner le change et éviter les commérages) : un grand lit pour le grand metalleux, un lit moyen pour la metalleuse et un petit lit pour le petit metalleux (ça commence à devenir vachement prévisible non ?).

Ce matin-là metalleuse prépara une bonne bouillie qu’elle versa dans les trois bols.
- La bouillie est trop chaude,dit-elle. Si nous la mangeons maintenant, elle nous brûlera la langue.
- En attendant qu’elle refroidisse, allons dans la forêt se prendre en photo, en se la pétant grave, avec le corpse-paint, les bracelets à clous de trente centimètres et tout et tout, proposa le grand metalleux.
- Oui, allons nous promener,répéta le petit metalleux,on cueillera des baies (pour le repas vegan du midi ?). Ils prirent un panier et ils s’enfoncèrent dans les bois.

Texte complet

Posté par fef_r à 12:25 - Divers - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,